Introduction


Les mémoires et thèses sont des trésors. Trop souvent cependant, ces travaux précieux dorment sur les tablettes des bibliothèques des universités ayant diplômé leurs auteurs. Le but de cette section du site web est de rendre au plus grand nombre, le plus rapidement possible, de telles études qui portent sur le fait français au Maine. Ceux présentés ici ne sont qu'un début. Nous nous ferons un plaisir de diffuser d'autres travaux inédits comme ceux-ci.

Note importante :
Afin de vous permettre de visualiser et imprimer les travaux qui vous sont proposées, votre ordinateur doit être muni du logiciel Adobe Acrobat Reader. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez le télécharger gratuitement à partir du site web de la compagnie Adobe.


Résumés

  1. BOUCHER, Michel. L'ouverture et la fermeture de la frontière canado-américaine au Madawaska entre 1870 et 1997 vue à travers les mariages interfrontaliers, mémoire de baccalauréat, Département de géographie, université Laval, 1999, 75 pages.

    La cueillette de données sur les mariages contractés entre paroissiens de part et d'autre du fleuve Saint-Jean sur une période de 130 ans permet de documenter le déclin progressif d'interaction sociale et culturelle entre les deux rives. Les paroisses sur lesquelles repose l'étude sont les suivantes: Immaculée-Conception (Edmundston), Saint-Hilaire, Saint-Thomas d'Aquin (Madawaska), Sainte-Luce (Frenchville, Maine). Un relevé fut également réalisé à Van Buren.

  2. GRAVEL SHEA, Louise. L'influence de la frontière canado-américaine sur la population de Grande-Rivière Madawaska, mémoire de maîtrise, Département de géographie, Université Laval, 1999, 126 pages.

    Cette étude examine, dans le cadre de la géographie culturelle et historique, le territoire à cheval sur le fleuve Saint-Jean, connu autrefois sous le nom de Grande-Rivière. Il s'agit des actuelles municipalités de Saint-Léonard au Nouveau-Brunswick et de Van Buren au Maine. Le concept de « statalisme » sert à démontrer les trajectoires culturel, sociologique et idéologique divergeants empruntés par ces deux localités depuis leur séparation en 1842 par l'imposition d'une frontière internationales négociée.
    Louise Gravel Shea

  3. JOLY, Éric. Le milieu, l'appartenance et l'intégration à la société américaine: la littérature comme outil de connaissance des Franco-Américains, mémoire de baccalauréat, Département de géographie, Université d'Ottawa, 1999, 42 pages.

    Utilisant des oeuvres de quatre auteurs franco-américains bien connus, Jack Kerouac (Dr. Sax), Gérard Robichaud (Papa Martel), Robert Perreault (L'Héritage) et Rhéa Côté-Robbins (Wednesday's Child), l'auteur creuse le concept géographique de « milieu » et vérifie l'hypothèse voulant que la littérature, surtout minoritaire, constitue un outil précieux pour la transmission de l'information géographique et pour la compréhension des notions subjectives de lieu et d'appartenance.
    Éric Joly

  4. OUELLETTE, Cleo P. A new look at French in the St.John Valley, travail de session, Département d'éducation, Université du Maine à Fort Kent, 18 pages.

    Au début du vingtième siècle, les habitants de la vallée du Saint-Jean étaient d'origine française et parlaient français presqu'exclusivement. Cent ans plus tard, il paraît que la roue a complètement tourné et que nous sommes devenus, du côté du Maine, une société où les enfants parlent presqu'exclusivement anglais. Si cela est vrai, qu'avons-nous perdu? Quelles sont les implications pour l'avenir, surtour dans le domaine de l'éducation?

  5. ROWE, Amy. An Exploration of Immigration, Industrialization, and Ethnicity in Waterville, Maine, mémoire de baccalauréat, Département d'anthropologie, Colby College, 1999, 220 pages.

    En se servant des communautés franco-américaine et libanaise de Waterville au Maine, l'étude décrit l'établissement de frontières ethniques par des forces hégémoniques. Ces deux groupes d'immigrants sont arrivés, à la suite de l'installation au 18e siècele et au début du 19e siècle d'une majorité protestante anglo-écossaise, les Yankees. L'immigration franco-américaine du Québec a duré plus d'un siècle et s'est réalisée en deux vagues distinctes. Des gens en provenance du Québec arrivaient sans cesse à Waterville; peu sont retournés. Des Canadiens français élisaient domicile partout au Maine à l'époque. Par contre, l'immigration libanaise a été de courte durée (1890 à 1920) et concentrée à Waterville. Leur nombre est, par conséquent, moins important.

    Bien que certaines conditions sociales et ethniques soient uniques à Waterville, cette ville peut néanmoins servir de modèle à ce qui s'est passé sur le plan ethnique dans d'autres petites villes du genre parsemées à travers le nord-est américain.
    Amy Rowe