La route Coös

  1. Situation géographique et contexte historique
  2. Histoire
  3. Migrations et villes
  4. Voyageur : Paul Coffin

  1. Histoire
À la fin des années 1700, les résidents de la région espéraient fermement que le secteur Augusta-Hallowell-Gardiner deviendrait un centre de commerce en aval de la rivière Kennebec. Leur espoir reposait surtout sur le développement de liens avec l'étranger par les communications maritimes et avec l'intérieur du pays par les routes. Même si Hallowell était située à 68 km de l'océan, c'était un port maritime qui disposait de tous les équipements et installations nécessaires au commerce outre-mer. Cette ville était également reliée au chemin du Roi. Toutefois, les autres routes qui menaient à Hallowell étaient généralement en mauvais état et ne s'étendaient que sur une courte distance, allant des bords de la rivière jusqu'aux collines et vers l'intérieur des terres. On prit la décision d'améliorer ces routes.

En mars 1792, on traça une piste entre Hallowell et la frontière avec le New Hampshire avec l'intention de la prolonger vers l'ouest jusqu'à la région supérieure de Coös sur la rivière Connecticut, au New Hampshire. La construction de cette route avait pour objectif de donner accès aux ressources et de favoriser la colonisation des terres sauvages du Maine occidental. La piste fut améliorée au cours de la décennie suivante et devint une route carrossable en 1822. Les responsables des travaux d'amélioration de la route Coös reçurent des terres de l'État en paiement pour les travaux de voirie. Les déplacements sur cette route se faisaient surtout à pied ou à cheval. Une plaque de métal fixée à un petit rocher du côté nord de la route Winthrop près du sommet de la colline Winthrop, à Hallowell, au Maine, porte l'inscription suivante : « Ici passait la route Coös qui rendit accessible aux premiers pionniers l'arrière-pays, entre Errol, au New Hampshire et Hallowell, au Maine ».